product
room

Sept Vies


500.00 FCFA


($1.00)

Availability:In stock

Quick overview
Gare de Casa l’Oasis, 14h30 sur la grosse horloge du hall d’accueil. Je me dirigeai vers la file au niveau de la billetterie. Je regardai le tableau mural annonçant les prochains trains. Bizarre, aucun train pour Fès. Et pourtant…
— Ziiid ! lança quelqu’un derrière moi.

Number of pages: 53

Downloaded: 0 times

Type:
Qty:
En quittant le guichet de vente des billets, je me retrouvai face à un banc dans le hall d’entrée. Je restai planté là quelques secondes, essayant d’imaginer le nombre de fesses, de pensées, de paroles qu’a connues ce meuble. Il n’en demeurait pas moins froid, digne et toujours prêt à accueillir le prochain passager. Les bancs sont de véritables prostitués. En y pensant, je me dis que c’est un banc. Existe-t-il des hommes prostitués ? Certainement.
Je pris soins de l’essuyer un peu, sous le regard médusé d’un jeune homme au regard vitreux et mort à côté, sur un autre banc prostitué. Le banc que j’avais choisi faisait face au tableau d’indication d’entrée des trains dans la gare.
Sur mon carnet j’avais essayé de dessiner le logo de Massive Dynamics, une entreprise dans la série Fringe. J’y étais presque parvenu et maintenant j’essayais d’utiliser les initiales du nom de ma boîte pour faire la même chose. Plus facile à dire qu’à faire. J’étais au cinquième essai. En ce moment une jeune femme entra dans le hall d’entrée de la gare, j’avais levé la tête juste à ce moment. Nos regards se croisèrent. A ma grande surprise elle se dirigea directement vers moi, ou plutôt elle se dirigea vers le banc où j’étais assis.
— Salam ! me salua-t-elle, d’une très belle voix.
— Salam ! répondis-je.
C’était tout. Elle s’assit et croisa les jambes. La beauté d’une femme qui croise les jambes est une chose étrange. Rien que ce geste maitrisé pouvait tout dire sur quelqu’un. C’était une jeune femme magnifique. Et surement qu’elle le savait, vu sa manière d’être. Je n’étais pas doué pour les conversations, mais j’étais bon pour analyser les autres. La première chose qui me frappa était son apparente décontraction. Elle paraissait sûre d’elle. Je tournai la tête pour la regarder, juste quelques fractions de secondes. Elle était belle, une beauté farouche, pas délicate, mais sauvage. Elle avait de longs cheveux qui coulait sur son épaule, jusqu’au niveau des reins. C’était fascinant à voir.
— Qu’est-ce que vous en dites ?
Elle se retourna, me regarda tout d’abord, avant de regarder le carnet que je lui tendais.
— C’est joli !
— Ah bon ? Et qu’est-ce qui est joli dedans ?
— La forme, elle se répète de tous les côtés tout en un ensemble harmonieux au regard. Qu’est-ce que c’est ?
— Le logo de mon entreprise, répondis-je fièrement.
— Vous travaillez dans quoi ?
— Les technologies de l’information.
— Les TIC ?
— Oui c’est ça, et vous ?
— Je suis en Master biotechnologies à Agadir.
— Ok, c’est bien.
C’est tout je ne savais plus quoi dire, chacun retourna à ses pensées. Les miennes étaient claires, je voulais faire plus ample connaissance. Comment m’y prendre ? Par où commencer ? Quoi dire ? Cela avait toujours été mon plus gros problème.
Pour l’instant je recréais son image dans ma tête, ce que j’appelais un rendu visuel, un autre de mes gros problèmes. Mon cerveau adore ruminer. Un genre d’hypermnésie comme dirait les psychologues. Le problème dans cette maladie du cerveau est que l’on mémorise et se souvienne d’un nombre incroyable de choses, qui pour la plupart des gens auraient passé inaperçues et si on ajoute à
cela une forme mineure d’agoraphobie, il est clair qu’il n’est pas toujours facile de vivre. La nuit est souvent le moment le plus désagréable pour moi.
Juste au moment où j’essaye de dormir, mon cerveau se remémore tout ce qu’il avait vu et ressenti de toute la journée. Tout est repassé, un film de la journée. Un vrai calvaire, car en plus de ne pouvoir dormir correctement, il était impossible de se concentrer sur une seule chose à la fois, tout ce qui vous entourait devenait un objet de curiosité, même les choses les plus inutiles sont emmagasinées dans les moindre détails et revus encore et encore. Le bon côté de tout ça, est qu’avec les années, j’avais appris à avoir accès à toutes ces informations quand je le voulais. Il m’était devenu facile de recréer dans ma tête une image, une suite d’évènements, une émotion, une odeur et pleins d’autres choses. C’était amusant de voir le regard étonné des gens quand tu leur disais exactement ce qu’ils portaient, faisaient et disaient en un moment précis. Mais cela ne facilitait pas les relations. Contrairement à ce que l’on croyait, la majorité des êtres humains n’aime pas qu’on les connaisse intimement.

0 Reviews Sept Vies

Biobibliographie Urbain AMOUSSOU

Consultant pour l’IFDD en matière d’énergies renouvelables et partenaire projet d’entrepreneuriat des jeunes et femmes pour l’OIF, Urbain AMOUSSOU est Ingénieur en Biotechnologies Microbiennes entrepreneur et initiateur de plusieurs projets d’entreprise : Global Biotek (Biotechnologies appliquées), VTech (les innovations en énergie), AL-T (Transport et Logistique) et AGAU Editions dans l’édition papier et numérique.

Il est notamment l’auteur de : Trente ans et toujours entrepreneur, (AGAU Editions, 2018, Lomé-Togo), un livre qui aborde le parcours de l’entrepreneur dans un écosystème plus africain, ainsi que les différentes formes d’entrepreneuriat, les modèles de réussite et les processus de génération de richesse dans une approche startups innovantes.

Il a également publié en 2018, toujours chez AGAU Editions, le premier volet de Les Afropreneurs, qui aborde les différentes idées de projets pour jeunes entrepreneurs, la définition de l’entrepreneuriat allant au-delà d’une simple question de création d’emplois pour aborder le sens plus futuriste consistant en la génération de citoyens prenant en main l’évolution des sociétés africaines par des solutions co-construites et adaptées aux réalités locales.

Conférencier et formateur, il intervient régulièrement dans les milieux professionnels, grand public et universitaires, sur le plus souvent des sujets liées à l’entrepreneuriat des jeunes, les systèmes d’innovation dans l’environnement africain et les nouvelles techniques d’élaboration de projets d’entreprises.

Project Manager de l’incubateur CUBE depuis 2016, il a accompagné plusieurs projets innovants et plusieurs startups africaines dans la définition de leurs stratégies, la levée de fonds et l’implémentation de leur projet.

Sa vie d’écrivain a démarré officiellement en 2016, avec la publication d’un premier recueil de nouvelles (Belle comme la femme d’autrui) aux Editions AWOUDY au Togo, qui sera suivi d’un recueil de poèmes (Divagations poétiques) et d’un roman (La chambre à fétiches) en France. Il a également participé à l’écriture d’une anthologie internationale avec OSIWA au Sénégal (Soaring Africa). L’année 2019 s’annonce comme une année de consécration avec la préparation de plusieurs ouvrages aux sujets divers (entrepreneuriat, essais sur l’économie du développement, les systèmes politiques, des bio-poèmes, des nouvelles…)   

Contact: +228 90 53 51 21 (whatsapp)

Most purchased products