product
room

Les nouvelles formes de monnaie


1000.00 FCFA


($2.00)

Availability:In stock

Quick overview
Dans mon livre précédent, Trente ans et toujours entrepreneur, j’expliquais déjà comment marchait le système monétaire et comment les banques arrivaient à créer de l’argent à partir de zéro. Comment suis-je arrivé à m’intéresser à l’argent et à sa création ?
J’ai fait toutes mes études supérieures, soit cinq longues années de galères, au Maroc, où la sensation d’être étranger et différent est omniprésente, à chaque coin de rue, bien qu’on soit toujours en Afrique.

Number of pages: 49

Downloaded: 0 times

Type:
Qty:
Dans mon livre précédent, Trente ans et toujours entrepreneur, j’expliquais déjà comment marchait le système monétaire et comment les banques arrivaient à créer de l’argent à partir de zéro. Comment suis-je arrivé à m’intéresser à l’argent et à sa création ?
J’ai fait toutes mes études supérieures, soit cinq longues années de galères, au Maroc, où la sensation d’être étranger et différent est omniprésente, à chaque coin de rue, bien qu’on soit toujours en Afrique.
Dès la fin de mes études supérieures, espérant être plus utile à mon petit pays le Togo, je n’ai attendu qu’à peine une semaine avant de rentrer. Puis petit-à-petit, je suis rentré dans le système. En langage simple, cela signifie que j’ai commencé à chercher du boulot, à écrire des « j’ai l’honneur », à déposer des dossiers dans des programmes de volontariat, où des milliers de jeunes actifs, forces de la nation, perdent leur temps et leur énergie, tout en gagnant des clopinettes. En réalité et depuis toujours je savais très bien ce que je recherchais, ce n’était pas un boulot, c’était de l’argent. Dans le système où j’ai débarqué, il y avait quatre manières de gagner ma vie :
1- En trouvant un emploi et gagner des « petits sous ».
2- En se mettant avec un politique, et espérer « des miettes ».
3- En travaillant dans une institution internationale et « gagner gros ».
4- En créant ma propre entreprise et « générer de la richesse ».
Vu mon tempérament, la quatrième option me convenait plus, malheureusement il fallait, suivant ma conception en ce moment, beaucoup d’argent pour ne serait-ce que démarrer un projet d’entreprise. Je n’étais pas doué à lever des fonds et après réflexion, j’ai commencé à rechercher des emplois.
J’avais vingt-quatre ans, naïf, déterminé, croyant que j’allais conquérir bientôt le monde, changer les choses, et je débarquais de l’étranger donc avec deux complexes-handicaps : le premier venant de mon environnement qui me donnait une certaine place sociale dû à au fait que je revenais de l’étranger et le second de moi, croyant que mes diplômes supérieurs, et dans un domaine aussi innovant que les biotechnologies appliquées, allaient très vite m’ouvrir des portes partout et dans les hautes instances.
Je me trompais et très largement. Le système en place, le terrain comme l’appelaient certains, était abrutissant, annihilant toute tentative de changement, au point de modifier votre vision de la vie. Petit-à-petit vous sentez l’étau se resserrer autour de vous, vous faisant devenir ce que vous n’étiez pas ou ne vouliez pas devenir… J’avoue que j’étais terrorisé, je me sentais totalement perdu. Aucune porte ne s’ouvrait.
J’avais, durant ces moments de totale perdition, suivi un documentaire, de Jean-François Brient, De la servitude moderne, qui me parla tant et si bien que je me mis à écrire un petit texte que je nommai Les esclaves modernes. Je compris que tout le problème reposait sur le système monétaire que nous avons mis en place. Dans ce documentaire, une citation dès l’entame me remplit d’effroi tout en étant entièrement vraie. Elle disait « Mon optimisme est basé sur la certitude que ce monde va s’effondrer. Mon pessimisme sur tout ce qu’elle fait pour nous entraîner dans sa chute. »
Ce que j’écrivis à cette période était censé être « un texte d’espoir qui prend le ton pessimiste, qui n’est en en fait que la peinture de la réalité quotidienne de millions voire de milliards d’individus dans le monde dit moderne, une société de consommation que nous avions construite à notre mesure. Les esclaves modernes dénonce, crie son ras le bol et par une voix claire essaie de libérer les individus de cet esclavage moderne, de cette prison consentie dans laquelle nous nous enfermons chaque jour beaucoup plus et où la différence, la hiérarchisation à outrance sont devenues la norme.
Plus que jamais l’être humain est seul dans cette jungle sociale, dirigée d’une main de fer par quelques élus, qui, ayant compris le système, se repaissent des peurs et des misères du grand nombre. Pourquoi avons-nous créés une « société » si c’est pour nous retrouver plus que jamais dans une solitude complète ? »
J’essayais de montrer tout au long de mon écrit, que nous avons créé une société dominée par l’argent, une « société » dans laquelle paradoxalement et à cause de l’argent, la solitude règne ou gagne du terrain, une société au sein de laquelle nous avons mis en place des barrières, des habitudes, des monnaies qui nous rendent prisonniers et au sein de laquelle l’obéissance est ce qui est demandée par ceux qui maintiennent le système. Nous avons créé une société où les enfants de riches ont automatiquement dès la naissance plus de chances de vivre que les autres. L’enfant d’un pauvre a peu de chances de changer sa condition. Ce qui est encore plus grave est que ces mêmes personnes font tout leur impossible pour maintenir la grande masse du peuple dans cet esclavage, en leur offrant des distractions, des modèles de réussite sociale, qui les entrainent dans de la consommation incessante et de l’endettement sans fin.

0 Reviews Les nouvelles formes de monnaie

Biobibliographie Urbain AMOUSSOU

Consultant pour l’IFDD en matière d’énergies renouvelables et partenaire projet d’entrepreneuriat des jeunes et femmes pour l’OIF, Urbain AMOUSSOU est Ingénieur en Biotechnologies Microbiennes entrepreneur et initiateur de plusieurs projets d’entreprise : Global Biotek (Biotechnologies appliquées), VTech (les innovations en énergie), AL-T (Transport et Logistique) et AGAU Editions dans l’édition papier et numérique.

Il est notamment l’auteur de : Trente ans et toujours entrepreneur, (AGAU Editions, 2018, Lomé-Togo), un livre qui aborde le parcours de l’entrepreneur dans un écosystème plus africain, ainsi que les différentes formes d’entrepreneuriat, les modèles de réussite et les processus de génération de richesse dans une approche startups innovantes.

Il a également publié en 2018, toujours chez AGAU Editions, le premier volet de Les Afropreneurs, qui aborde les différentes idées de projets pour jeunes entrepreneurs, la définition de l’entrepreneuriat allant au-delà d’une simple question de création d’emplois pour aborder le sens plus futuriste consistant en la génération de citoyens prenant en main l’évolution des sociétés africaines par des solutions co-construites et adaptées aux réalités locales.

Conférencier et formateur, il intervient régulièrement dans les milieux professionnels, grand public et universitaires, sur le plus souvent des sujets liées à l’entrepreneuriat des jeunes, les systèmes d’innovation dans l’environnement africain et les nouvelles techniques d’élaboration de projets d’entreprises.

Project Manager de l’incubateur CUBE depuis 2016, il a accompagné plusieurs projets innovants et plusieurs startups africaines dans la définition de leurs stratégies, la levée de fonds et l’implémentation de leur projet.

Sa vie d’écrivain a démarré officiellement en 2016, avec la publication d’un premier recueil de nouvelles (Belle comme la femme d’autrui) aux Editions AWOUDY au Togo, qui sera suivi d’un recueil de poèmes (Divagations poétiques) et d’un roman (La chambre à fétiches) en France. Il a également participé à l’écriture d’une anthologie internationale avec OSIWA au Sénégal (Soaring Africa). L’année 2019 s’annonce comme une année de consécration avec la préparation de plusieurs ouvrages aux sujets divers (entrepreneuriat, essais sur l’économie du développement, les systèmes politiques, des bio-poèmes, des nouvelles…)   

Contact: +228 90 53 51 21 (whatsapp)

Most purchased products